1-introduction

De quoi est-il question ?

Calibrex regroupe en un seul module de 42 mm d’épaisseur, un système de calibration et un système de suivi sur fente compatible avec l’UVEX 3, le tout en impression 3D.

Modèle 3D du boitier Calibrex ici en rouge assemblé avec l’UVEX 3 en gris.

UVEX se revendique comme un instrument facile à construire soit même. Il fait appel à l’impression 3D pour ce qui est de la réalisation mécanique et utilise des composants standards que l’on peut acheter auprès de sociétés comme ThorLabs (pour ce qui concerne les miroirs, le réseau, la lentille). A l’origine du projet l’UVEX est parfaitement intégré au système Shelyak Instrument, la fente, le cube de guidage et le boitier de calibration sont ceux proposés par la société pour le spectroscope ALPY 600. UVEX étant un projet à faible coût en DiY (Do it Yourself), il était naturel de proposer un système de Guidage et de Calibration en impression 3D, seule la fente restante à commander à la société Shelyak.

En situation, UVEX 3 + Calibrex, installation sur un C11, caméra de guidage Zwo Asi 178MM.

Ainsi était né le projet Calibrex qui propose un boitier unique compact qui regroupe les fonctions de guidage sur fente et de calibration avec lampe Argon/Neon (lampe présente dans les blocs starter pour tube fluorescent) et une lampe Tungstène.

Modèle n°2 qui équipe le spectroscope ALPY600 en version de Base, installé sur le support en impression 3D de l’UVEX 3.
Starterp.jpg
Lampe Neon / Argon présente dans les starter d’allumage des Tubes fluorescents. Ces starters pour quelques euros fournissent une bonne source de lumière nécessaire à la calibration des spectres.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est guidage_fente_atlas-C2019y4.jpg.
Image du guidage, champ de la Comète C/2019 ATLAS Y4 le 04 avril 2020 – C11 + Calibrex – Camera ASI ZWO 178MM 2s de pose bin 4×4.
Spectre de la lampe de calibration néon interne au calibrex, 30s de pose UVEX 300tr/mm +ATIK 314L+ bining 1×1

L’électronique est a base d’Arduino Nano qui embarque un microcontroleur de la mémoire flash et un port mini USB. Le programme de la commande des lampes est donc enregistré dans l’arduino. La commande des lampes et le basculement du réflecteur s’effectue soit par commande directe via un switch sur le coté du boitier, soit par software via un driver ASCOM dédié, driver de type roue à filtre.

Sous le capot, a gauche l’Arduino Nano, le transformateur, la connectique, à droite le servo moteur avec la palette avant montage ainsi que la lampe Relco. A noter la palette blanche en arc de cercle montée sur le servo moteur permet d’occulter le champ du telescope pendant la calibration. Ici il faut peindre celle-ci en noir et garder blanche une zone centrale de quelques millimètres au centre. Ceci permet de simuler l’ouverture du champ à F8. Ainsi les raies de la lampe de la lampe de calibration sont plus fines ce qui donne une calibration plus précise.

Un interrupteur sur le coté du boitier sélectionne le mode remote, et le mode manuel. En mode remote le switch est désactivé, la commande se fait exclusivement via le port USB du CALIBREX. La position clear permet de réaliser les spectres des cibles ainsi que l’autoguidage, en position néon la lampe de calibration ArNeon est allumée et la palette occulte le faisceau du telescope, pour la position flat la lampe tungstène est allumée, et enfin en position close aucune lampe est allumée mais la palette occulte le champ du telescope.

Driver Ascom de roue à filtre – ASCOM.Spectro pour la commande des lampes de calibration

Grâce au driver Ascom, on peut commander le boitier Calibrex à distance ce qui le rend compatible par le mode Remote. L’intérêt du détournement d’un driver de roue à filtre et de pouvoir automatiser l’alternance acquisition spectre objet/séquence de calibration de la même façon qu’une séquence de trichromie en imagerie via l’interface d’automatisation des logiciels d’acquisition du type de Prism ou MaximDL.

Boite de dialogue sous Prism qui permet de contrôler l’activation des lampes de calibration du CALIBREX.
Un travail d’équipe, les Nice people, de gauche à droite, Stéphane Ubaud, Alain Lopez, Jean Luc Martin, et Pierre Dubreuil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *